Joséa.

« Joséa, je pense moins à toi quand je pense à Dieu ». Une formation de musiciens nous accompagnait depuis notre appareillage vers les îles d’Angra dos Reis. D’une plage à une autre, les airs de Pagode rythmaient un dimanche de baignades au pied de la forêt Atlantique. Le Cavaquinho était encore chaud à notre retour au port et les musiciens aussi. Ne pouvant nous résoudre à en rester là, à nous séparer sans un dernier air de Samba, le quai de s’improviser alors en une scène attirant les passants de tous âges. Je cherche Joséa. Le son grave du Surdo et celui claquant du Reco-Reco rythment des chants profondément enracinés dans les entrailles de chaque brésilien. Je regarde avec étonnement cette communion musicale. Joséa n’est pas dans la ronde. En cette fin de journée le soleil a lui aussi comme décidé de ne pas perdre une note et il nous le fait savoir en nous plongeant dans une lumière divine. Alors, si la musique au Brésil est une religion, pensait-il à Joséa à ce moment précis?

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Angra dos Reis, Brésil, Rio de Janeiro

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s