Archives de Catégorie: Angra dos Reis

Joséa.

« Joséa, je pense moins à toi quand je pense à Dieu ». Une formation de musiciens nous accompagnait depuis notre appareillage vers les îles d’Angra dos Reis. D’une plage à une autre, les airs de Pagode rythmaient un dimanche de baignades au pied de la forêt Atlantique. Le Cavaquinho était encore chaud à notre retour au port et les musiciens aussi. Ne pouvant nous résoudre à en rester là, à nous séparer sans un dernier air de Samba, le quai de s’improviser alors en une scène attirant les passants de tous âges. Je cherche Joséa. Le son grave du Surdo et celui claquant du Reco-Reco rythment des chants profondément enracinés dans les entrailles de chaque brésilien. Je regarde avec étonnement cette communion musicale. Joséa n’est pas dans la ronde. En cette fin de journée le soleil a lui aussi comme décidé de ne pas perdre une note et il nous le fait savoir en nous plongeant dans une lumière divine. Alors, si la musique au Brésil est une religion, pensait-il à Joséa à ce moment précis?

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Angra dos Reis, Brésil, Rio de Janeiro

Perigo

Travailler sur un chantier naval comporte des risques et « concentration » est un mot qui a une importance immense. Je le sais mieux que personne puisqu’en tant que responsable sécurité sur l’un d’entre eux, mon rôle est d’identifier ces risques pour pouvoir prévenir les accidents. Ce jour la, les yeux rivés sur l’écran de mon appareil photo, j’ai perdu cette précieuse « concentration » devant le travail des lamaneurs, ces gros bras qui ont la charge périlleuse d’amarrer les bateaux. La tache consiste à transférer les toulines et les aussières du quai au pont (30 m plus haut) qui, pour un bateau de 350 mètres comme le mien, sont d’un diamètre et d’un poids tels que l’assistance d’une grue est indispensable. Je me trouvais donc, sans le savoir, absorbé dans l’idée de faire une bonne photo, au mauvais endroit au mauvais moment. C’est grâce à la vigilance et à la réactivité de ces trois Brésiliens que je dois de ne pas être passé sous la grue. Bouleversé par un bon coup de stress et une sueur froide qui ne m’ont lâché qu’au bout de quelques heures, je n’ai pas réalisé qu’en m’écartant du danger j’avais appuyé sur le déclencheur. Le résultat est saisissant et, en regardant les yeux de ces trois lamaneurs, je ne peux m’empêcher de penser à tout ce que je leur dois. Merci.

Poster un commentaire

Classé dans Angra dos Reis, Brésil, Uncategorized

Chuva et troubles climatiques.

Comme le chante Elis Regina dans sa chanson « Agua de Março », Mars est un mois ou les pluies, « Chuva » en portugais, sont abondantes au Brésil et principalement dans la région de Rio de Janeiro. Mais cette année les « eaux de Mars » sont en retard et depuis le début du mois d’Avril, en raison d’une combinaison de phénomènes climatiques exceptionnels, il pleut sans discontinuer avec des cumuls par vingt-quatre heures très inquiétants. Les conséquences sont malheureusement dramatiques car les sols saturés en eau se dérobent, provoquant des coulées de boue qui frappent au hasard les quartiers les plus pauvres. Je pense à Pablo, super guitariste brésilien, qui travaille avec nous comme traducteur pour un des chantiers que nous sous-traitons à Niteroi. Il a vu cette semaine tout se qu’il possédait, dont sa guitare, se faire emporter par les eaux.

J’ai pris cette photo à proximité de chez moi à Angra dos Reis  pendant les grosses pluies du week-end dernier. C’est vrai que j’aime jouer sur les contrastes, les couleurs ou les ombres quand je prends une photo. Mais celle-ci n’est passée par aucun logiciel photographique. Pour avoir cet effet presque de peinture, il m’a suffit de faire la mise au point sur le pare brise de la voiture.

Poster un commentaire

Classé dans Angra dos Reis, Brésil

Villa Gracinha; extrait de vie les pieds dans l’eau.

Le réveil sonne sur un air de Samba. La voix de Maria Rita, à la fois douce et pétillante, me sort d’une nuit de plomb de la plus belle des façons. Il est 5h30 du matin en ce jour de Mars 2010. J’ai du mal à ouvrir les yeux. Je n’ai qu’une seule envie, me rendormir sous les rythmes fous du Cavaquinho. Instinctivement, je me dirige vers la salle de bain en prenant bien soin de ne pas marcher sur mon ordinateur portable, laissé la veille au pied du lit. Je me dis: « C’était une mauvaise idée de le laisser la, j’aurai pu marcher dessus ». L’eau de la douche est fraiche et finie par me sortir du brouillard. J’enfile ma tenue de chantier avant de me diriger vers la cuisine et ouvrir le frigo. Je remplie un bol avec des céréales aux pépites de chocolat, y ajoute des morceaux de bananes et du lait entier et je file vers le salon profiter de la vue. Le soleil se lève, la mer est un miroir, j’ai 10 minutes de gras avant de devoir partir travailler,  juste le temps de prendre une photo et de faire un plongeon. Je retourne dans ma chambre pour prendre maillot et serviette et je marche sur mon ordinateur. Je me dis: « Mince, j’aurai du le déplacer avant d’aller prendre ma douche! Non, c’est hier soir que j’aurai du le ranger ». Je l’allume, il n’a pas l’air d’avoir souffert. Je l’éteins. Les 10 minutes de gras se sont évaporées, tant pis, je ferai mon plongeon en rentrant du travail.

1 commentaire

Classé dans Angra dos Reis, Brésil

Fusca

C’est sous le joli nom de Fusca que le plus grand succès automobile de tous les temps, signé VW, est connu au Brésil. La Coccinelle a un charme fou, c’est évident, mais si nous avons la chance de pouvoir la voir rouler en si grand nombre sur toutes les routes de ce pays immense, c’est grâce a son endurance exceptionnelle. Car c’est bien de cela dont on parle ici et non pas de ses lignes rondes et gracieuses peut être inspirées des œuvres du sculpteur colombien, Botero. Une mécanique simple, robuste à toute épreuve et facile à réparer, c’est tout ce que demande le peuple! Et moi qui rêve d’en avoir une juste parce que je la trouve merveilleusement belle et si bien assortie à ma planche de Surf… Quel décalage avec ce qui correspond à une réelle nécessité économique. En 1996, la production de Fusca est relancée au Brésil pour dynamiser une industrie automobile en déclin et offrir un produit bon marché au plus grand nombre… Un véritable succès, économique, politique mais aussi, photogénique!

Poster un commentaire

Classé dans Angra dos Reis, Brésil

Pluies tropicales

Cette semaine un énorme orage s’est abattu sur Angra dos Reis. La route menant au chantier étant partiellement détruite suite aux pluies diluviennes qui ont touché la région la nuit du réveillon 2009-2010, c’est à pied que  nous parcourons les 5 derniers kilomètres vers Angra dos Reis. Nous avions quitté le bus ou plus exactement abandonné lâchement le chauffeur dans la longue queue de voitures qui attendaient de pouvoir passer. Nous marchions le long de la route quand des trombes d’eau se sont abattues sur nous. La foudre vient de tomber avec fracas à une centaine de mètres de nous sur un poteau électrique, en signant son passage d’une empreinte rétinienne blanche dans nos yeux effrayés et d’un nuage de fumée s’échappant des câbles carbonisés. Il faut se mettre à l’abri au plus vite. Une fois arrivé chez moi, j’ai photographié la foudre par la fenêtre du salon laissée fermée, j’avais trop peur qu’une boule feu ne rentre dans l’appartement… Le courant a été coupé ce soir la et ne fut rétabli que 24h plus tard.

3 Commentaires

Classé dans Angra dos Reis, Brésil

Gipoïa

A Angra dos Reis au Brésil, le meilleur moyen de trouver des vagues vierges est d’avoir un bateau. Avec mes amis Magno et Eduardo, nous chargeons le joli petit bateau en bois du père d’Eduardo de nos planches et nous larguons les amarres pour les îles les mieux exposées à la houle. Gipoia, sur cette photo, est mon île préférée. Un vrai paradis pour Surfeur Baroudeur. Jungle tropicale, plages de sable blanc et pas un vendeur de Coca, Gipoia représente le plaisir simple de partager des vagues désertes entre amis.

1 commentaire

Classé dans Angra dos Reis, Brésil, Uncategorized