Archives de Catégorie: Brésil

Petits bateaux

Au pied d’Urca, le thermique de Botafogo, celui qui se glisse en fin de journée entre le Morro et le Pain de Sucre, vient de s’essouffler. Sur une eau devenue lisse, les uns derrière les autres, de petits navigateurs accrochés à la barre de leurs bateaux aux voiles faseyantes sont remorqués jusqu’au Iate Clube. Les quais sont remplis d’Optimistes, 470s, Dingues et Lasers qui sont rincés avant d’être rangés dans des hangars déjà bien remplis. En 2016 ces jeunes insouciants,  jouant de l’eau comme des enfants,  auront l’âge de participer aux JO. Les bouées des triangles olympiques seront mouillées dans cette baie de Guanabara dont ils savent tous les pièges. Il est donc fort à parier que les trois lettres B, R et A occuperont les premières places.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Brésil, Rio de Janeiro

Les Boiaderos du Pantanal

L’action se passe au  cœur du Brésil sur un territoire aussi magnifique que sauvage où se côtoient Boiaderos, le Onça Pintada et le grand Tuiuiu. Nous sommes dans le Pantanal, sur les rives du Rio Negro. Au passage d’un pont, un jeune bœuf sort du troupeau et tente d’échapper à des cavaliers bien trop expérimentés. Blessé gravement à une patte, il ne rejoindra pas les pâturages de Campo Grande. Ceux qui vont continuer le voyage devront faire vite car dans quelques semaines la saison des pluies commence et la route deviendra impraticable. Mener 900 têtes de bétail durant ces 2 mois de transhumance demande un engagement total. Les longues journées à cheval, les risques de chutes, les grains violents et les nuits en hamacs ont forgé des hommes peu bavards aux visages marqués et aux corps meurtris. Mais sur leurs montures les Boiaderos sont beaux, un grand couteau à la ceinture et un lasso dans la main droite comme seule expression de leur âme, une âme droite et sans compromis.

1 commentaire

Classé dans Boiaderos, Brésil, Onça Pintada, Pantanal

Joséa.

« Joséa, je pense moins à toi quand je pense à Dieu ». Une formation de musiciens nous accompagnait depuis notre appareillage vers les îles d’Angra dos Reis. D’une plage à une autre, les airs de Pagode rythmaient un dimanche de baignades au pied de la forêt Atlantique. Le Cavaquinho était encore chaud à notre retour au port et les musiciens aussi. Ne pouvant nous résoudre à en rester là, à nous séparer sans un dernier air de Samba, le quai de s’improviser alors en une scène attirant les passants de tous âges. Je cherche Joséa. Le son grave du Surdo et celui claquant du Reco-Reco rythment des chants profondément enracinés dans les entrailles de chaque brésilien. Je regarde avec étonnement cette communion musicale. Joséa n’est pas dans la ronde. En cette fin de journée le soleil a lui aussi comme décidé de ne pas perdre une note et il nous le fait savoir en nous plongeant dans une lumière divine. Alors, si la musique au Brésil est une religion, pensait-il à Joséa à ce moment précis?

Poster un commentaire

Classé dans Angra dos Reis, Brésil, Rio de Janeiro

Heureux petit ballon jaune.

En ce jour de Juillet 2010, j’essayais de numériser les rues pavées et les maisons colorées de Paraty. Je prenais des photos qui devaient sans doute ressembler à celles de dizaines de photographes amateurs qui, comme moi, tentaient de prendre « Le » cliché original. Avec son style dépouillé, sans fresque excessive et une architecture aux murs plats et blancs soulignés de couleurs vives, Paraty est une cité si esthétique qu’il est à la fois facile de faire de bonnes photos et presque impossible de réussir le cliché insolite, celui que l’on remarquera au premier coup d’oeil sur une planche contact. Alors que je faisais face à ce difficile constat de banalité, cette petite fille au ballon jaune est apparue. Coursière involontaire d’un message si vrai, elle tenait au bout de ce fil tout ce qu’est la photographie, une envie, un peu d’instinct et beaucoup de chance. Heureux petit ballon jaune.

Poster un commentaire

Classé dans Brésil, Paraty

Les funambules de la plage.

Suspendus entre deux cocotiers, les corps en équilibres sur une sangle, de jeunes funambules s’amusent de la gravité à quelques centimètres du sable d’Ipanema. Ils enchainent des figures improbables, rebondissant sans cesse devant les objectifs médusés des touristes. Au loin, un groupe de jeunes joue au volley de plage. A deux pas, un mini match de Football s’improvise, arbitré par un homme très agité du sifflet. Peut être souhaite t-il signifier qu’il existe lui aussi, qu’il est bien là? Peut être est-il juste grisé par ce pouvoir d’influer sur le cours du jeu? Peut-etre, enfin, répéte-t’il ses gammes de Samba? Musique où le sifflet est élevé au statut d’instrument. Les cartons jaunes puis rouges qui sortent tour à tour de sa poche ne semblent pas attirer les photographes, pour l’heure chasseurs trop obstinés à saisir l’équilibre d’une fin d’après midi délicieuse.

1 commentaire

Classé dans Brésil, Carioca, Ipanema, Rio de Janeiro

Image prise depuis le pont de Niteroi avec en premier plan des « Supply boats », ravitailleurs en attente de leurs prochaines missions et au second plan, les montagnes de  la région de Pétropolis. Depuis ce même lieu, en se tournant de 180 degrés, la vue sur le Pain de Sucre et le Corcovado est l’une des plus connue du Brésil. Cette vue l’est beaucoup moins.

1 commentaire

Classé dans Brésil, Niteroï, Rio de Janeiro

Retour à Paraty

La marée haute à Paraty est l’occasion de réaliser de belles images. Sur cette photo, trois enfants rentrent de l’école. Aujourd’hui ils ont appris pourquoi leur ville se laisse ainsi envahir chaque jour par la mer. Le professeur a expliqué que 400 ans plus tôt ce sont des orpailleurs qui vivaient ici, des milliers d’entre eux, aventuriers touchés par la fièvre de l’or et les promesses de vies meilleures. Alors le professeur a demandé à ses élèves d’imaginer des dizaines de chevaux et carrioles, l’insalubrité, les maladies tropicales et le manque d’infrastructures sanitaires. Il leur a demandé d’imaginer aussi l’odeur des excréments, des eaux usées et de la boue en putréfaction. Ensuite, comme une évidente solution à des problèmes de santé publique graves, il leur a conté l’histoire de cet architecte génial qui a inventé une ville renaissant à chaque nouvelle marée, lavée de ses immondices recouvrant les pavés. Ainsi est née Paraty, cité dessinée à fleur d’eau, juste assez haut pour garder les trottoirs secs. Aujourd’hui la mer ne joue plus ce rôle d’éboueur, à peine emporte-elle encore quelques déchets plus contemporains et des bateaux de papier, malmenés dans les courants sous les yeux amusés des enfants. A Paraty la fièvre n’est plus mais l’eau est toujours là et les chercheurs d’or ont fait place aux chasseurs d’images.

1 commentaire

Classé dans Brésil, Paraty